Erik Decamp

Mountain Guide

July 2013

La détente, le plaisir

L’envie de montagne est là, mais pas la moindre acclimatation à l’altitude. Heureusement la traversée de Aiguille Marbrées offre juste ce qu’il faut de grandeur, de paysage, de diversité - et aujourd’hui, à notre grande surprise, de solitude - pour permettre une première incursion. A sa grande surprise, mon compagnon se sent bien alors qu’il doutait si fort de lui-même. La confiance revient doucement.

Le doute, les attentes

Jean-Michel arrive perclus de doutes : fatigué, sous pression professionnelle, pas entraîné physiquement, se demandant même s’il est capable de faire quoi que ce soit. Cela appelle un traitement d’urgence par la méthode douce : une escalade aimable pour commencer, de belles longueurs faciles dans le secteur du Brévent, cela s’appelle « Hotel California » et même en l’absence de plage l’ambiance est au plaisir immédiat d’être là. Heureusement, sont-ce les vertus du doute, Jean-Michel arrive sans attente particulière, autre que se laisser porter par mes propositions et voir ce que cela donnera.

Contemplation

Une belle journée au refuge d’Argentière, toute de contemplation et de jouissance de ce lieu privilégié, pour cause de grande fatigue de mon compagnon de cordée qui n’a pas encore récupéré de la sortie au Mont Rose il y a quelques jours. Qu’importe, être là c’est être dans la beauté. Mais que fait donc cette chose sur le toit du refuge, à mi-chemin entre Mad Max et les Conquérants de l’inutile ?

Concrétiser

D’un pas tranquille nous quittons le Goûter juste avant 3h, dans les nuages. Du même pas tranquille nous sommes au sommet en même temps que le premier soleil, vers 6h30, au-dessus des mêmes nuages. Tout le bénéfice de la préparation est là, et nous rend cette ascension fluide. A 11h30 nous prenons le TMB au Nid d’Aigle.

Le but et le chemin

Retour des marathoniens ! Nous avons dormi à Tête Rousse, ce qui laisse le choix, selon le temps et la forme, d’aller directement au Mont Blanc ou de monter dormir plus classiquement au Goûter à une heure de moindre fréquentation et de meilleures conditions de gel, ce qui n’est pas un luxe pour la traversée du couloir du Goûter. La veille nous l’avons observé, vomissant son lot de pierres sous le soleil de l’après-midi. Je tiens à ce que les candidats au Mont-Blanc aient conscience de ce qu’est en réalité cette course : de l’alpinisme. Même s’il n’est pas techniquement difficile. L’ambiance sur les dernières centaines de mètres est neigeuse, un tantinet austère, et belle. La météo n’est pas favorable à une ascension « dans la foulée », une après-midi de repos nous attend donc au Goûter, mais avec le nouveau refuge c’est une perspective plutôt agréable. Chacun goûte le plaisir d’être acclimaté et d’avoir trouvé le rythme...

Pointe Margherita

D’un pas régulier et mesuré - quoiqu’un peu plus las, mais c’est bien compréhensible - nous descendons.

Pyramide Vincent

D’un pas mesuré et régulier, nous montons.

S'immerger

Le refuge Gnifetti est un incroyable belvédère sur le monde glaciaire du Mont Rose. C’est cela que recherche Francis, que j’accompagne durant trois jours : s’immerger dans la haute montagne, dans cette ambiance de glaciers et d’arêtes, pour une visite à la fois enthousiaste et quelque peu nostalgique. Il arrive des âges où l’on vit chaque chose comme si c’était peut-être la dernière fois. Être le compagnon de tels moments est à la fois une responsabilité et un privilège. Demain, la Pyramide Vincent, après demain, la pointe Margherita.

Changer ses habitudes

La traversée du Weissmiess, deuxième 4000. Nous avons abordé le sujet et quelque chose est en train de se produire : porter son attention sur le rythme de la progression, sentir et trouver le niveau d’effort que chacun sera capable de soutenir sur une longue durée, se centrer sur le présent sans avoir les yeux rivés sur l’objectif, pour en arriver à être presque surpris lorsque celui-ci est atteint. Mes deux compagnons me disent que l’expérience que nous vivons ensemble peut avoir des répercussions positives sur leur approche du marathon. Belles journées !

Mesurer ou connaître ?

Grand Paradis, première sortie d’acclimatation et de préparation en vue du Mont Blanc. Les deux marathoniens que j’accompagne sont des amis d’enfance, belle complicité de cour d’école ! Le marathon a l’air d’être une discipline où on se mesure beaucoup : durant la montée au refuge Chabod l’un d’eux semble avoir les yeux rivés sur son pouls, ce qui m’intrigue. À 4000, bien sûr, l’instrument de mesure ne rend pas compte de l’étrangeté de l’expérience d’une première incursion en altitude, avec le sentiment d’impuissance, les jambes en coton, le léger trouble. Je laisse l’expérience s’installer, avec l’intention, le moment venu, d’aborder le sujet : se mesurer permet-il de se connaître ?

Seuls au Mont Blanc

Nous aurons manqué les feux d’artifice du 14 juillet, pour cause de coucher précoce au refuge de Tête Rousse. Partis tranquillement à 5 heures du matin, d’abord pour une montée à l’économie jusqu’à l’aiguille du Goûter. Puis un long arrêt au refuge du Goûter, l’occasion d’un deuxième petit déjeuner fait d’une solide omelette « complète ». Nouveau départ, toujours avec l’idée de s’entamer le moins possible jusqu’au dôme du Goûter, puis Vallot. Ensuite viennent les ressauts de l’arête des Bosses, avec quelques doutes, quelques émotions bouleversantes, et enfin, vers 14h, ce sommet du Mont Blanc. Où nous nous trouvons absolument seuls. Le sentiment d’un luxe inouï. Nous arrivons largement à temps pour jouir de la fin d’après midi au refuge du Goûter, et goûtons le lendemain matin une descente durant laquelle « il nous en reste sous le pied ». La semaine s’achève en beauté !

Récupération active

Nous avons besoin de repos, en tous cas de nous remettre des efforts de la marche. Ne rien faire serait une solution tentante, certes ; mais il est encore plus profitable et agréable de consacrer une telle journée à récupérer activement en grimpant : c’est un tout autre usage du corps et de la tête qu’il est question, une vraie césure dans la continuité de cette semaine d’altitude.

Paradis

Conditions - de neige, de temps, de vent - idéales pour ce premier contact avec les 4000. Pleine réussite.

Acclimatation

Premier contact avec la haute montagne pour Caroline et Eric, venus une semaine avec le Mont Blanc en perspective. Arrivés hier au refuge Chabod, nous consacrons une journée à quelques apprentissages et à une sortie d’acclimatation, avant de tenter l’ascension du Grand Paradis demain. Ce sera une première étape, ensuite viendront les décisions pour la suite. Je suis heureux de voir que ce Mont Blanc, s’il est pour eux un désir fort, n’est pas pour autant une obsession.

Reach Summits Together

Pour cette équipe de la franchise d’endocrinologie d’IPSEN ce « Reach Summits Together » est plus que le slogan d’un jour ou une éphémère communication : c’est un projet, en route depuis bientôt un an, appelé à se prolonger, et qui a trouvé, avant l’été, un point d’orgue dans deux journées à Chamonix. Une expérience.

la reprise

Avec Francis, le rituel de nos escalades estivales reprend, ici à La Colombière. Demain, au Roi de Siam. Au début de sa huitième décade, de quoi susciter l’admiration et voir l’avenir ouvert...