Erik Decamp

Mountain Guide

August 2007

D'une classique l'autre


L'arête des Cosmiques à l'Aiguille du Midi, course d'initiation aussi classique que réjouissante ; la voie Rébuffat dans la face sud de l'Aiguille du Midi, magnifique escalade en haute-montagne sur un granit parfait, celle que tout alpiniste en train de se perfectionner rêve de gravir. De la Rébuffat, où il faut quand même s'activer un peu, nous avons sur l'arête des Cosmiques une vue plongeante privilégiée, pour les moments de contemplation au relais.

Gens heureux dans les derniers mètres


"La ballade des gens heureux" : longue ballade en effet pour approcher le départ de cette voie tracée dans le massif des Perrons. Nous sommes seuls, avec sous nos yeux l'ensemble du massif du Mont-Blanc, à une distance suffisante pour qu'il ne nous écrase pas et se présente en majesté. La paroi est rarement verticale, ce qui nous permet souvent de trouver des équilibres sans avoir à agripper des prises pour les mains, même dans ces derniers mètres plus redressés que l'ensemble de l'escalade. C'est ainsi que, l'orientation de l'image aidant, on peut parfois se revoir en "animal à ventouses" !

Nez Rouge ?


En raison d'une prévision météo douteuse pour notre première journée, nous avons choisi avec Gérard Briard une escalade courte, "Nez Rouge", sur la Petite Floria, qui nous permettra de faire connaissance et de préparer nos projets pour les jours à venir. Notre itinéraire réserve de belles perspectives sur l'Index voisin, surtout lorsque les nuages habitent le ciel et lui donnent toute sa profondeur. Habituellement très fréquentée, la Petite Floria est aujourd'hui déserte, c'est un moment rare...

Beau temps, mauvais temps


Un bien curieux usage nous a habitué à opposer "beau temps" à "mauvais temps". Pourtant, le contraire du beau serait plutôt le laid, et celui du mauvais le bon, sans compter que le temps qu'il fait n'a à voir ni avec l'esthétique, ni avec la morale. Le résultat est bien souvent une réticence à se promener lorsqu'il fait "mauvais", comme si les lieux devaient s'en trouver moins beaux, ce qui est contredit, presque chaque fois, par l'enchantement que procurent les paysages ennuagés. Cette photo n'est pas celle d'un paysage oriental, mais du lac Achard, à quelques dizaines de minutes de la station de Chamrousse. Dans "Le voyage d'un peintre chinois en Provence", Dahai Ji signale que "Ventoux" est proche phonétiquement d'un mot chinois qui signifie "l'oubli du passage au ciel". Mais que peut vouloir dire "Lac Achard" ?