Erik Decamp

Mountain Guide

January 2021

Cheminer, trouver, prendre

Durant ces deux journées, hier en cascade et aujourd'hui en initiation au ski de randonnée, je suis avec Blaise Agresti qui m'a convié à accompagner avec lui un groupe d'anciens élèves d'HEC (il est de bon ton de dire "Alumni", semble-t-il, mais je suis plus à l'aise avec "ancien élève". Ça dit être mon côté has-been). "Cheminer ensemble, trouver le bon rythme et prendre de la hauteur", c'était le fil conducteur de ce week-end construit par Blaise. Chacun s'y est prêté de bonne grâce et a trouvé matière à conduire sa propre réflexion.20C53D21-6049-4B3D-B034-6B370068AE45

Nature et artifice

Je n'étais encore jamais allé sur le site de la cascade de Bérard. Créée quasi de toutes pièces et entretenue par de bonnes volontés, cette cascade de glace tout ce qu'il y a de plus artificielle réussit à faire croire qu'elle est naturelle. Ce n'est pas la moindre de ses qualités : parfaite pour l'initiation voire même un peu plus, elle s'intègre dans un site qui offre aussi un parcours assez ludique dans le torrent et, en tyrolienne, au-dessus du torrent. De quoi passer une belle journée.
29F3F25C-6612-4D39-BDD2-A151108FC656_1_105_c

Posettes for ever

C'est là, c'est facile d'accès, c'est beau, pourquoi bouderais-je mon plaisir ? Une fois de plus.
09A75107-4B83-4CE2-91B0-FA63E7DEFE57_1_105_c

Improbable domaine

Ici, en temps normal, des skieurs de piste se bousculeraient hors-piste. Aujourd'hui, tous montent par leurs propres moyens et les pylônes inutiles se laissent oublier. On se prend à rêver que quelques parties de domaines skiables retrouvent leur état pré-industriel (de l'industrie du ski, j'entends). Mais qui osera le faire ?
871F7219-4E9E-479D-B49A-A4BEFE607442_1_105_c

Sa Majesté

"Sa Majesté". C'est ainsi qu'à une époque il convenait d'appeler les grands de ce monde. Aujourd'hui, c'est en voyant ce cerf depuis leur fenêtre que des amis ont eu ces mots. Comment mieux traduire une telle vision, en effet ?
568830F2-98FD-42EF-B8A0-3CB1557B42A5_1_105_c

La transformation

Il a encore neigé la nuit dernière. Beaucoup. Au vu des conditions d'hier, je ne fais pas de plans sur la comète quant aux conditions de neige. Je m'attends éventuellement au pire (enfourner comme la veille), mais comme le pire n'est pas toujours sûr, nous y allons quand même, direction Les Maisonnettes, le lac Couvert et peut-être le sommet de Roche Plane (hum). L'atmosphère est enchanteresse, la dernière couche de neige sèche et légère, et la couche précédente, qui a commencé à se tasser sous l'effet du réchauffement d'hier, semble enfoncer un peu moins. La perspective d'une descente finalement agréable ? Peut-être… Nous n'irons pas au sommet, mais la balade est belle, et à notre point d'arrivée nous faisons un petit exercice avec les DVA. La descente est délicieuse, et c'est finalement un fort beau dernier jour pour ce séjour.
EB46BF3C-1FD5-42F7-973E-AE9E327FE064_1_105_c

La piste noire

Conditions exécrables ce matin. Il pleut et neige en même temps, l'épaisseur tombée ces deux derniers jours est lourde, lourde. La situation avalancheuse sans équivoque : dangereuse. et en plus la journée d'hier, la trace d'hier, nous ont un peu entamés. Nous nous contentons de remonter les 700 mètres de dénivelé du télésiège du Grand Mont, en berne (merci la "bête à picots", petit nom du Covid19). Heureusement Olivier est de très bonne composition, toujours partant et enthousiaste à la seule idée d'"être" en montagne. Et nous partageons ce plaisir. À la descente, nous sommes aux aguets : pas le moment de se "faire un genou", comme on dit. Et ce serait tellement facile, dans cette neige qui prend les skis et les emmène bien où elle veut.
8EBBD6C8-A712-4C0C-BE1A-099ED63B94AC_1_105_c

Départ village

La fin de notre descente d'hier a vu le début de la chute de neige. l'après-midi son renforcement, la nuit son apothéose. 50 centimètres, environ. C'est le luxe : nous partons skis aux pieds devant la maison, à travers le village d'abord, puis par de petits chemins pour rejoindre la montée qui nous permettra d'aller au col du Pré puis à la Roche Parstire, grande classique locale. Et méritée. Belles vues sur le lac de Roselend (hélas pas sur le Mont-Blanc, le ciel n'est pas à ce point avec nous). Atmosphère ouatée, trace sérieuse, neige s'alourdissant au fil de la journée. Nous nous arrêterons quelques mètres sous le somment, les accumulations de neige sont manifestement dangereuses. Ce nom m'intrigue, "Parstire". J'apprendrai au retour que cela aurait à voir avec "épars", comme le sont les quelques chalets qui entourent le secteur.
0325A289-0941-424E-897D-85FBEED187F1_1_105_c

Arèches, 1

Premier jour d'un petite semaine que j'ai proposée à Olivier, en séjournant à Arèches pour y faire des randonnées en étoile. Pas de remontées, peu de monde dans le village, une atmosphère très "montagne", un bel enneigement. Que désirer de plus ? Peut-être une prévision météo moins dissuasive ? Nous verrons bien… En attendant, charmante journée qui nous mène au col de Rocheplane.
06B3B5E9-3570-45F9-8FBD-FF121234BC13_1_105_c

Les trois pointes

Le Cervin, la Dent Blanche et ce petit rocher pointu au premier plan. Ce n'est pourtant pas la première fois - loin de là - que je vais à la Pointe Ronde, et j'en admire à chaque fois le panorama. Mais c'est la première fois que je vois ceci, ces trois repères dans le paysage. C'est toujours intrigant de se dire : mais pourquoi n'ai-je pas vu cela avant ? D'ailleurs, la question fait parfois irruption en sens inverse : je me souviens d'une photo que j'ai prise dans un village provençal. Depuis, à chaque fois que j'y suis retourné, je n'ai pas pu retrouver le même cadrage. Et pourtant les maisons n'avaient pas bougé ! C'est donc quelque chose en moi qui avait bougé ?
E45E77D3-01A1-4EDB-8F72-1A4793141C28_1_105_c